Des milliers de manifestants à Tel-Aviv pour appeler à négocier avec Abbas
AFP

Tel-Aviv – Des milliers d’Israéliens ont manifesté samedi soir à Tel-Aviv pour appeler leur gouvernement à reprendre les négociations de paix avec l’Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas, après l’offensive militaire israélienne à Gaza.
des-milliers-d-israeliens-a-tel-aviv-appellent-leur-gouvernement-a-reprendre-les-negociations-de-paix-avec-l-autorite-palestinienne-de-mahmoud-abbas-le-16-aout-2014_5014193
Des milliers d’Israéliens à Tel-Aviv appellent leur gouvernement à reprendre les négociations de paix avec l’Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas le 16 août 2014
afp.com/Gali Tibbon

Cette manifestation est la plus importante du « camp de la paix » depuis le lancement de l’opération israélienne le 8 juillet qui a fait près de 2.000 morts palestiniens et 70 du côté israélien. Une trêve est actuellement observée par Israël et le Hamas palestinien qui contrôle Gaza en attendant l’issue de négociations au Caire.

De très importantes forces de police étaient déployées autour de la place Yitzhak Rabin (du nom de l’ex-Premier ministre assassiné), dans le centre de Tel-Aviv, où s’est déroulé le rassemblement afin d’éviter des heurts avec des contre-manifestants d’extrême droite.

La manifestation a été organisée par le Meretz, un parti d’opposition de gauche, la Paix Maintenant, une ONG hostile à la colonisation israélienne dans les territoires palestiniens et Hadash, le parti communiste.

« Cela (la guerre) ne finira pas tant que l’on ne se parlera pas », pouvait-on lire sur une banderole. « Juifs et Arabes refusent d’être ennemis », « Oui à une solution politique », était écrit sur des pancartes brandies par les manifestants.

Les intervenants ont dénoncé le gouvernement de Benjamin Netanyahu accusé d’avoir refusé de négocier avec le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

« Le gouvernement de Netanyahu n’a fait qu’affaiblir Mahmoud Abbas et renforcer ainsi le Hamas », a déploré Nitzan Horowitz, un député du Meretz.

La dirigeante de cette formation, Zehava Galon, a appelé à la démission de Benjamin Netanyahu. « Il a échoué aussi bien pour la sécurité que pour la paix, il doit partir », a-t-elle lancé en accusant le Premier ministre d’avoir « entraîné Israël dans une guerre que nous pouvions éviter ».

L’écrivain David Grossman a, lui aussi, proclamé qu’il fallait « faire la paix avec l’Autorité palestinienne et négocier avec le gouvernement d’union palestinien ».

Il faisant allusion au gouvernement de personnalités indépendantes formé début juin après un accord de réconciliation entre le Hamas et l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) de M. Abbas.

Benjamin Netanyahu s’est refusé à toute discussion avec ce gouvernement en l’accusant d’avoir partie liée avec le Hamas, une organisation qu’il qualifie de « terroriste ».

Les négociations de paix entre Israël et l’Autorité palestinienne, relancées en juillet 2013 par les Etats-Unis, avaient capoté en avril dernier.
===========================================
Manifestation à Tel-Aviv pour des négociations de paix israélo-palestiniennes
Le Monde.fr

des-milliers-d-israeliens-a-tel-aviv-appellent-leur-gouvernement-a-reprendre-les-negociations-de-paix-avec-l-autorite-palestinienne-de-mahmoud-abbas-le-16-aout-2014_5014193
Des milliers d’Israéliens ont appelé samedi leur gouvernement à reprendre les discussions avec l’Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas et dénoncé « une guerre qui pouvait être évitée ».
Des milliers d’Israéliens ont manifesté dans la soirée du samedi 16 août à Tel-Aviv pour appeler leur gouvernement à reprendre les négociations de paix avec l’Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas. Cette manifestation est la plus importante du « camp de la paix » depuis le lancement de l’opération israélienne à Gaza le 8 juillet, faisant près de 2 000 morts palestiniens et 70 du côté israélien. Une trêve est actuellement observée par Israël et le Hamas palestinien, qui contrôle Gaza, en attendant l’issue de négociations au Caire.

De très importantes forces de police étaient déployées autour de la place Yitzhak Rabin (du nom de l’ex-premier ministre assassiné), dans le centre de Tel-Aviv, où s’est déroulé le rassemblement afin d’éviter des heurts avec des contre-manifestants d’extrême droite. La manifestation a été organisée par le Meretz, un parti d’opposition de gauche, la Paix Maintenant, une ONG hostile à la colonisation israélienne dans les territoires palestiniens, et Hadash, le parti communiste.

« Cela [la guerre] ne finira pas tant que l’on ne se parlera pas », pouvait-on lire sur une banderole. « Juifs et Arabes refusent d’être ennemis », « Oui à une solution politique », était écrit sur des pancartes brandies par les manifestants.

« UNE GUERRE QUE NOUS POUVIONS ÉVITER »

Les intervenants ont dénoncé le gouvernement de Benyamin Nétanyahou, accusé d’avoir refusé de négocier avec le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas. « Le gouvernement de Nétanyahou n’a fait qu’affaiblir Mahmoud Abbas et renforcer ainsi le Hamas », a déploré Nitzan Horowitz, un député du Meretz. La dirigeante de cette formation, Zehava Galon, a appelé à la démission du premier ministre. « Il a échoué aussi bien pour la sécurité que pour la paix, il doit partir », a-t-elle lancé en accusant M. Nétanyahou d’avoir « entraîné Israël dans une guerre que nous pouvions éviter ».

Lire : Nétanyahou tente de sortir du conflit sans perdre la face

L’écrivain David Grossman a, lui aussi, proclamé qu’il fallait « faire la paix avec l’Autorité palestinienne et négocier avec le gouvernement d’union palestinien ». Il faisait allusion au gouvernement de personnalités indépendantes formé début juin après un accord de réconciliation entre le Hamas et l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) de M. Abbas. Benyamin Nétanyahou s’est refusé à toute discussion avec ce gouvernement, l’accusant d’avoir partie liée avec le Hamas, une organisation qu’il qualifie de « terroriste ».

Lire aussi le portrait : Gideon Levy, journaliste critique d’une société israélienne « malade »

Les négociations de paix entre Israël et l’Autorité palestinienne, relancées en juillet 2013 par les Etats-Unis, avaient capoté en avril.
===========
réactions

Mena House
Aucune complaisance pour le Hamas, aucune minoration de sa responsabilité dans le déclenchement des hostilités chez ces manifestants mais la conscience justifiée qu’Israël ne peut prétendre n’avoir mené qu’une guerre de défense alors que depuis l’arrivée de M. Abbas à la tête de l’Autorité palestinienne, l’Etat hébreu n’a eu de cesse de l’affaiblir, faisant échouer toute négociation…

Marie Claire
Ces Israéliens des partis de la paix sont l’honneur d’Israël. Tous les autres partagent une sorte d’idéologie d’extrême-droite qui s’ignore (ou qui ne s’ignore pas).

Jack x
Le camp de la paix doit être salué, encouragé, car 2000 Palestiniens tués contre 70 Israéliens, arithmétique inhumaine. Assez de massacres des Palestiniens. De là, à soutenir les extrémistes du Hamas dont la charte…de là à soutenir les manifs polysémiques….On peut manifester, mais pas avec n’importe qui.

Ded Moroz
sans doute des antisémites. Tout le monde sait que par droit divin la politique israelienne est bonne et ses détracteurs des descendants spirituels d’A Hitler. Amen

Mena House
…Trop d’amalgames dans l’expression de votre opinion, close sur elle-même, pour susciter une discussion sensée…

lotfi semmache
« @ » pour vous, dénoncer la politique actuelle de l’état israélien, plus de colonies, refus de la,paix ,plus de persécutions contre les palestiniens et le récent massacre des civils de gaz est être antisémite? Et quand de jeunes juifs français vont combattre a Gaza, que beaucoup,d’autres préfèrent s’enrôler dans Tsahal et que des peoples comme enrico macias soutiennent la dernière opération de Tsahal c’est être un bon français? Et je ne parle pas du Crif représentant de BIBI en France

Je ne vois pas le rapport avec mon post. Je répondais à M. Seb qui  » rêvait  » d’un  » Judaïsme français  » pro palestinien.

PIERRE-MARIE MURAZ
Lotfi semmache … D’autres que vous, dans le passé, ont tenté d’expliquer ce qu’était un bon Français, ils en furent pour leurs frais … Vous n’êtes pas plus qualifié qu’eux pour prétendre le faire .
===============================================================================================
Etat Islamique: Le Conseil de sécurité prend des mesures contre les djihadistes

616x380_membres-conseil-securite-onu-reunis-a-new-york-27-septembre-2011
La salle du Conseil de sécurité de l’ONU, à New York. Spencer Platt Getty Images North America

MONDE – En touchant notamment les djhadistes à la bourse…

Le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté vendredi à l’unanimité une résolution qui vise à empêcher le recrutement et le financement des djihadistes en Syrie et en Irak.

Le Conseil a aussi ajouté les noms de six extrémistes, parmi lesquels des responsables de l’Etat islamique et du Front al-Nosra originaires d’Arabie saoudite ou du Koweit, sur une liste d’individus soumis à des sanctions internationales pour leurs liens avec Al-Qaïda.

Ces sanctions consistent en un embargo sur les armes, des gels d’avoirs et une interdiction de voyager.
«Position ferme et unie»

La résolution, proposée par le Royaume-uni, est la mesure la plus concrète et la plus étendue prise à ce jour par le Conseil face à l’avancée des combattants de l’EI. Ceux-ci contrôlent une bonne partie du territoire en Syrie et en Irak et sont accusés d’y commettre des atrocités.

Le texte est placé sous le chapitre VII de la Charte des Nations unies, ce qui permet de recourir à des sanctions, voire à la force, pour le faire appliquer mais n’autorise pas pour l’instant d’opération militaire.

A l’issue du vote, l’ambassadrice américaine Samantha Power a salué «la position ferme et unie» du Conseil et sa «volonté de prendre des mesures concrètes» face à ce qu’elle a qualifié de « nouveau front de la menace terroriste». Elle a cité le chiffre de 12.000 combattants étrangers ayant participé jusqu’ici au conflit en Syrie.
«Tout échange commercial direct ou indirect» condamné

Le représentant russe a de son côté souligné que la résolution «ne donne pas d’approbation pour une action militaire». La résolution réclame le désarmement et la dissolution immédiats de l’Etat islamique (EI) ainsi que du Front al-Nosra en Syrie, et des autres formations liées à al-Qaïda.

Le Conseil «demande à tous les Etats membres de prendre des mesures nationales pour endiguer le flot de combattants terroristes étrangers» qui vont rejoindre l’EI ou Al-Nosra et les poursuivre en justice. Il menace de sanctionner les entités ou individus qui participent à ce recrutement.

Le Conseil «condamne tout échange commercial direct ou indirect» avec les djihadistes, qui contrôlent désormais des champs pétroliers et des infrastructures potentiellement rentables. Un tel commerce « pourrait être considéré comme un appui financier » et conduire à des sanctions.
* Maud Pierron
====================
contributions

ROCKANDROLL
Les mesures? Blah blah blah, blih blih blih…

papybidochon
Comme pour tous les travaux, d’abord il y a quelqu’un qui vient prendre les mesures.
Ensuite il faut le temps de faire le devis, trouver les fonds; et enfin faire les travaux.
Soyons patients, les mesures sont prises…..

ssonneyre
ce sont les pays occidentaux qui ont surarmé les djihadistes. et aujourd’hui, ils veulent les renvoyer en Syrie. c’est là où, selon les occidentaux, ils doivent exercer leurs talents et notamment sur les chrétiens syriens accusés d’être du côté de bachar. totalement lamentable….

Bouchemotus
C’est bien beau tout cela, la planète est remplie de pays en guerre depuis la nuit des temps, je vais faire mon égoïste comme tout le monde et demander : Quand est-ce que le Smic augmente ?

Alchimistes
On ne veux plus envoyer de soldat sur le front. Alors on va juste faire des trous et des pansements mais soigner… On a bien compris que ces pays n’arrive pas a s’auto gérer , trop de minorités Armée qui revendique chacun le pouvoir .
Mais on a pas intérêt a ce qu’il devienne stable, sinon l’essence va monter
=============================================
Kurdes et Américains tentent de reprendre aux djihadistes le plus grand barrage d’Irak
Le Monde.fr avec AFP
4471154_3_f352_des-combattants-kurdes-au-nord-de-l-irak_48984ca4e6df3f76a04d355e42449e14
Des combattants kurdes au nord de l’Irak.
Les forces kurdes, soutenues par l’aviation américaine, ont lancé samedi 16 août une offensive pour reprendre aux djihadistes de l’Etat islamique (EI) le barrage de Mossoul (nord), le plus important d’Irak.

Lire : L’UE va soutenir la livraison d’armes aux Kurdes en Irak

« Les peshmergas [combattants kurdes], avec un soutien aérien américain, ont pris le contrôle du côté est du barrage » à la faveur de cette offensive, a annoncé le général Abdel Rahmane Korini. « Nous avons tué plusieurs membres de l’EI. Nous continuons à avancer et devrions annoncer de bonnes nouvelles dans les prochaines heures. »

Selon des témoins, les frappes aériennes américaines contre les djihadistes ont commencé tôt samedi matin et se sont poursuivies toute la journée.

Un barrage très stratégique
4472138_5_3471_la-bataille-du-massif-de-sinjar_1ec41b72bb3b5b6663e42a95389665e6
La bataille du massif de Sinjar La bataille du massif de Sinjar | Infographie « Le Monde »

Il s’agit de la première tentative des Kurdes de reprendre ce barrage dont ils ont perdu le contrôle le 7 août. L’EI, qui s’est emparé de vastes pans du territoire irakien en deux mois d’offensive fulgurante, a lancé début août une série d’attaques dans le nord de l’Irak, s’emparant de nombreux villages et d’infrastructures stratégiques, comme ce barrage, ou des puits de pétrole.

Le barrage sur le fleuve Tigre, situé sur la rive sud du lac de Mossoul, à quelque 50 km au nord de la ville, fournit de l’eau et de l’électricité à la majeure partie de la région et est indispensable à l’irrigation de vastes zones de culture dans la province de Ninive.

En 2007, l’ambassadeur américain Ryan Crocker et le commandant des forces américaines en Irak David Petraeus avaient mis en garde contre les conséquences d’une catastrophe au barrage, affirmant qu’il menaçait de s’effondrer et d’inonder « le long du fleuve Tigre jusqu’à Bagdad ». « Dans le pire scénario, une rupture instantanée du barrage de Mossoul, rempli à sa capacité maximale pourrait provoquer une vague de 20 mètres sur la ville de Mossoul, ce qui provoquerait des pertes humaines et des dommages considérables », avaient-ils écrit dans une lettre au premier ministre irakien Nouri al-Maliki.

Des barrages utilisés comme des armes

L’EI utilise les barrages qu’il contrôle comme des armes pouvant lui permettre d’inonder de vastes zones. Plus tôt cette année, les djihadistes ont ainsi inondé d’importants secteurs aux alentours de Fallouja, à l’ouest de Bagdad. Mais Mossoul est la place forte des insurgés en Irak et son barrage est important à l’économie de l’EI et à sa volonté de construction d’un Etat incarné par le « califat » proclamé fin juin.

Ces djihadistes, qui sèment également la terreur en Syrie voisine en proie à la guerre civile, ont réussi à s’emparer de larges pans du territoire irakien au nord, à l’ouest et à l’est face à une armée en déroute. Les forces kurdes peinent aussi à freiner leur progression en direction de leur région autonome du Kurdistan après des attaques lancées par l’EI début août dans le Nord.

A plus de 150 km au sud-ouest de Mossoul et alors que l’EI accentue sa campagne contre les minorités dans le Nord, ses membres sont entrés vendredi dans le village de Kocho et « y ont commis un massacre », a accusé le responsable irakien Hoshyar Zebari. « Environ 80 personnes ont été tuées. Ils s’en sont pris aux habitants qui n’avaient pas fui leurs foyers, en majorité des Yézidis », une ethnie kurdophone et non musulmane, a-t-il ajouté. Harim Kamal Agha, un responsable kurde a confirmé ce bilan.
===============
commentaires

jean-luc pouilhes
mauvaise guerre de Obama,pour Hillarry Clinton. Mme Clinton,dites de ne pas revenir en Irak,du tout.

Alain PRAUD
Nous devons soutenir les peshmergas en les dotant d’armes au moins aussi performantes que celles que les djihadistes ont reprises à la soi-disant armée irakienne, principalement composée de traîne-savates, de pleutres, et de vrais traîtres. Ce qui est en péril désormais dans ces contrées c’est notre civilisation. La pire de toutes en effet, à l’exclusion de toutes les autres, comme disait très justement Churchill.

Colonel Moutarde
Et si Poutine envoyait le colonel Igor Strelkov-Girkin (qui est aujourd’hui au chômage à Donetsk) donner un coup de main aux Peshmergas sur un coup comme celui-là ??? ça leur redorerait le blason à tous les deux !!!
============================================
Irak: offensive kurde pour reprendre le plus grand barrage aux jihadistes

article_0897c76324efd76e08a03b6ec982a2c14a09ae5e
Des Yazidis d’Irak ont trouvé refuge dans un immeuble en construction dans la ville kurde de Dohuk, le 16 août 2014, après avoir fui Sinjar Ahmad Al-Rubaye AFP

Bagdad – Les forces kurdes, soutenues par l’aviation américaine, ont lancé samedi une offensive pour reprendre aux jihadistes le plus important barrage d’Irak dans le nord du pays, où ces mêmes extrémistes ont été accusés d’avoir tué des dizaines de villageois de la minorité yazidie.

Alors que l’Irak est plongé dans le chaos depuis le début le 9 juin d’une offensive des jihadistes de l’Etat islamique (EI) que rien ne semble pouvoir arrêter pour le moment, les grandes puissances ont accru leurs efforts pour couper le financement de ces extrémistes, armer les Kurdes et aider les dizaines de milliers de personnes démunies déplacées par les violences.

Ces jihadistes, qui sèment également la terreur en Syrie voisine en proie à la guerre civile, ont réussi à s’emparer de larges pans du territoire irakien au nord, à l’ouest et à l’est face à une armée en déroute. Les forces kurdes peinent aussi à freiner leur progression en direction de leur région autonome du Kurdistan après des attaques lancées par l’EI début août dans le Nord.

Dans leur première tentative de reprendre le barrage de Mossoul aux mains de l’EI depuis le 7 août, les peshmergas (combattants kurdes) ont lancé une attaque avec l’appui de l’aviation américaine pour le contrôle de cette infrastructure vitale, a déclaré à l’AFP un responsable militaire kurde.

Le général Abdel Rahmane Korini a affirmé que les peshmergas avaient réussi à «prendre le contrôle du côté est du barrage» en tuant plusieurs membres de l’EI.

De leur côté, les Etats-Unis ont annoncé avoir mené à l’aide d’avions et de drones neuf frappes près du barrage, qui ont détruit ou endommagé quatre véhicules blindés de transport de troupes, sept véhicules armés, deux véhicules de transport Humvee et un blindé.

Le barrage fournit de l’eau et de l’électricité à la majeure partie de la région et est indispensable à l’irrigation de vastes zones de culture.

A plus de 150 km au sud-ouest de Mossoul et alors que l’EI accentue sa campagne contre les minorités dans le Nord, ses membres sont entrés vendredi dans le village de Kocho et «y ont commis un massacre», a accusé le responsable irakien Hoshyar Zebari.

«Environ 80 personnes ont été tuées. Ils s’en sont pris aux habitants qui n’avaient pas fui leurs foyers, en majorité des Yazidis», une ethnie kurdophone non musulmane, a-t-il ajouté.

Harim Kamal Agha, un responsable kurde, a confirmé ce bilan.

«Nous avons réussi à pénétrer dans une partie de Kocho, où les habitants étaient assiégés, mais c’était trop tard», a raconté à l’AFP un combattant yazidi, Mohsen Tawwal. «Il y avait des cadavres partout».

– ‘Se convertir ou partir’ –

Kocho est situé près de la ville de Sinjar, dont les jihadistes se sont emparés le 3 août, jetant sur les routes des milliers de civils, la plupart de la minorité yazidie, qui ont fui dans les montagnes plus au nord.

Ils se sont cachés là pendant plusieurs jours sans eau ni nourriture, redoutant d’être pourchassés par les jihadistes, accusés de nombreuses exactions -exécutions sommaires, viols et persécutions.

Craignant un éventuel génocide contre cette minorité mais aussi contre les chrétiens également chassés de leurs villages du nord, les Etats-Unis lancent depuis le 8 août des frappes aériennes quotidiennes contre les positions jihadistes.

Le groupe extrémiste sunnite de l’EI a demandé aux habitants de la région de Sinjar de se convertir ou de partir, en attaquant violemment ceux qui refusaient, ont rapporté défenseurs des droits de l’Homme et habitants.

Selon Amnesty International, des milliers de Yazidis ont été kidnappés par l’EI depuis début août. Des membres des minorités chrétienne et turcomane sont également touchés par ces violences.

– Couper l’argent, armer les Kurdes –

La communauté internationale a accru ses efforts pour tenter de neutraliser ces extrémistes et venir en aide aux dizaines de milliers de déplacés réfugiés dans des conditions pénibles dans des camps érigés au Kurdistan ou à la frontière syrienne.

Vendredi, le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté une résolution visant à empêcher le recrutement et le financement de jihadistes en Irak et en Syrie. L’EI est engagé dans la guerre en Syrie où il contrôle plusieurs régions.

L’Union européenne a, elle, approuvé les livraisons d’armes aux combattants kurdes, déjà lancées par les Etats-Unis et la France.

Londres veut poursuivre ses vols de surveillance du nord irakien pour tenter d’empêcher de nouvelles attaques contre les minorités. Le Premier ministre britannique David Cameron a considéré dimanche que l’EI en Syrie et en Irak représentait une menace directe pour le Royaume-Uni, qui doit employer toutes ses «capacités militaires» pour stopper leur avancée.

En visite à Bagdad, le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier a de son côté estimé que la nomination du nouveau Premier ministre irakien Haïdar al-Abadi apportait une «petite lueur d’espoir».

M. Abadi s’emploie à former un gouvernement d’union dans un pays miné par les divisions confessionnelles alimentées par la politique d’exclusion des sunnites de son prédécesseur Nouri al-Maliki qui a fini par céder sa place.

Après le départ de M. Maliki, honni par la minorité sunnite dans un pays majoritairement chiite, d’importantes tribus sunnites de la province d’Al-Anbar (ouest) ont décidé de prendre les armes contre l’EI qui s’y était emparé de plusieurs régions dès janvier. La police a annoncé soutenir ce «soulèvement».
© 2014 AFP
===================================================
Irak : les peshmergas tentent de reprendre le barrage de Mossoul
Le Point.fr –

Soutenus désormais par la communauté internationale, les combattants kurdes ont lancé une offensive, tandis que, plus au nord, l’EI massacrait un village yazidi.
nic-2787644-jpg_2416706_652x284
Des membres de la minorité yazidie déplacés. Photo d’illustration. Des membres de la minorité yazidie déplacés. Photo d’illustration. © Ahmad Al-Rubaye / AFP

La bataille du barrage de Mossoul

Les forces kurdes, soutenues par l’aviation américaine, ont lancé samedi une offensive pour reprendre aux djihadistes de l’État islamique (EI) le barrage de Mossoul (nord), le plus important d’Irak, a déclaré un haut responsable militaire kurde. « Les peshmergas (combattants kurdes), avec un soutien aérien américain, ont pris le contrôle du côté est du barrage » à la faveur de cette offensive, a annoncé à l’AFP le général Abdel Rahmane Korini. « Nous avons tué plusieurs membres de l’EI. Nous continuons à avancer et devrions annoncer de bonnes nouvelles dans les prochaines heures », a-t-il ajouté. Selon des témoins, les frappes aériennes contre les jihadistes ont commencé tôt le matin, et les combats se poursuivaient en soirée. Le barrage fournit de l’eau et de l’électricité à la majeure partie de la région et est indispensable à l’irrigation de vastes zones de culture.

Il s’agit de la première tentative des Kurdes de reprendre ce barrage, dont ils ont perdu le contrôle le 7 août. L’EI, qui s’est emparé de vastes pans du territoire irakien en deux mois d’offensive fulgurante, a lancé début août une série d’attaques dans le nord de l’Irak, s’emparant de nombreux villages et d’infrastructures stratégiques, comme ce barrage, ou des puits de pétrole.
4472138_5_3471_la-bataille-du-massif-de-sinjar_1ec41b72bb3b5b6663e42a95389665e6© Idé

Le barrage sur le fleuve Tigre, situé sur la rive sud du lac de Mossoul, à quelque 50 kilomètres au nord de la ville, fournit de l’eau et de l’électricité à la majeure partie de la région et est indispensable à l’irrigation de vastes zones de culture dans la province de Ninive. En 2007, l’ambassadeur américain Ryan Crocker et le commandant des forces américaines en Irak David Petraeus avaient mis en garde contre les conséquences d’une catastrophe au barrage, affirmant qu’il menaçait de s’effondrer et d’inonder « le long du fleuve Tigre jusqu’à Bagdad ». « Dans le pire scénario, une rupture instantanée du barrage de Mossoul, rempli à sa capacité maximale, pourrait provoquer une vague de vingt mètres sur la ville de Mossoul, ce qui provoquerait des pertes humaines et des dommages considérables », avaient-ils écrit dans une lettre au Premier ministre irakien Nouri al-Maliki.

L’EI utilise les barrages qu’il contrôle comme des armes pouvant lui permettre d’inonder de vastes zones. Plus tôt cette année, les djihadistes ont ainsi inondé d’importants secteurs aux alentours de Fallouja, à l’ouest de Bagdad. Mais Mossoul est la place forte des insurgés en Irak et son barrage est important à l’économie de l’EI et à sa volonté de construction d’un État incarné par le « califat » proclamé fin juin.
Massacre

Des responsables et témoins ont accusé samedi les djihadistes d’avoir perpétré un massacre dans un village du nord de l’Irak. Des dizaines de civils ont été tués, en grande majorité de l’ethnie kurdophone et non musulmane des Yazidis, ont précisé ces sources, les djihadistes de l’État islamique (EI) accentuant leur campagne contre les minorités au fur et à mesure qu’ils progressent dans le nord irakien. Depuis le début de leur fulgurante offensive le 9 juin, les djihadistes ont réussi à s’emparer de larges pans du territoire au nord, à l’ouest et à l’est de Bagdad, face à la déroute de l’armée. Les forces kurdes peinent aussi à freiner leur progression lancée début août en direction de la région autonome du Kurdistan (nord), où se sont réfugiés des dizaines de milliers de déplacés par les violences.

Vendredi, ces extrémistes musulmans sunnites sont entrés dans le village de Kocho dans la province de Ninive et « y ont commis un massacre », a déclaré le responsable irakien Hoshyar Zebari. « Ils s’en sont pris aux habitants, en majorité des Yazidis, qui n’avaient pas fui leurs foyers. » « Environ 80 personnes ont été tuées », a-t-il affirmé à l’AFP. Harim Kamal Agha, un responsable de l’un des principaux partis du Kurdistan, a confirmé un bilan de 81 morts. Les assaillants ont conduit des femmes dans des centres de détention. « Nous avons réussi à pénétrer dans une partie de Kocho, où les habitants étaient assiégés, mais c’était trop tard », a raconté à l’AFP un combattant yazidi, Mohsen Tawwal. « Il y avait des cadavres partout. On a seulement réussi à emmener deux personnes vivantes, toutes les autres ont été tuées. »

Le village de Kocho est situé près de la ville de Sinjar, dont les djihadistes se sont emparés le 3 août, jetant sur les routes des milliers de civils, la plupart de la minorité yazidie, qui ont fui dans les montagnes plus au nord. Ils se sont cachés là pendant plusieurs jours sans eau ni nourriture, redoutant d’être pourchassés par les djihadistes, accusés de nombreuses exactions – exécutions sommaires, viols et persécutions.

Craignant un éventuel génocide contre cette minorité, mais aussi contre les chrétiens également chassés de leurs villages du nord, les États-Unis ont lancé depuis le 8 août des frappes aériennes quotidiennes contre les positions djihadistes. Le président Barack Obama a affirmé jeudi que le siège des monts Sinjar avait été levé, mais des civils vulnérables se trouvent toujours dans des régions aux mains de ces extrémistes, dont des Yazidis.
« Une petite lueur d’espoir »

Les combattants de l’EI ont demandé aux villageois de la région de Sinjar de se convertir ou de partir, en attaquant violemment ceux qui refusaient, ont rapporté les défenseurs des droits de l’homme et des habitants. Selon Amnesty International, des milliers de Yazidis ont été kidnappés par l’EI depuis début août. Des membres des minorités chrétienne et kurdophone sont également touchés par ces violences. Devant l’incapacité des forces armées irakiennes et kurdes à contrer la progression des djihadistes et à la crise humanitaire alarmante qui en a découlé, la communauté internationale a accru ses efforts pour tenter de neutraliser ces extrémistes.

Vendredi, le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté une résolution visant à empêcher le recrutement et le financement de djihadistes en Irak et en Syrie. L’EI est engagé dans la guerre civile en Syrie, où il a pris le contrôle de régions frontalières de l’Irak. À Bruxelles, les ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne ont approuvé les livraisons d’armes aux combattants kurdes, déjà lancées par les États-Unis et la France. Londres va, elle, poursuivre ses vols de surveillance du nord de l’Irak pour tenter d’empêcher de nouvelles attaques contre les minorités. En visite à Bagdad, le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, a estimé que la nomination du nouveau Premier ministre irakien Haïdar al-Abadi apportait une « petite lueur d’espoir ».

M. Abadi s’emploie à former un gouvernement rassemblant toutes les forces politiques dans un pays miné par les divisions confessionnelles alimentées par la politique d’exclusion des sunnites de son prédécesseur Nouri al-Maliki, qui a fini par céder sa place après huit ans au pouvoir. Après le départ de M. Maliki, honni par la minorité sunnite, d’importantes tribus sunnites de la province d’Al-Anbar (ouest) ont décidé de prendre les armes contre l’EI, qui s’était emparé de plusieurs régions dès janvier. La police a annoncé soutenir ce « soulèvement ».
============
Commentaires

legazouilleur
C’est une absolue nécessité que d’aller chercher, ou qu’elle puisse se trouver (et jusque chez nous), cette lie « jusque dans les chiottes ». On a beaucoup reproché cette sortie à V Poutine, mais elle est frappee au coin du bon sens et, a dire vrai, il n’y a pas d’alternative !
C’est une question de salubrité publique planétaire…

Bart122
Où sont ils ?
Je suis entièrement d’accord avec les commentaires précèdents. Pas de condamnations de ces massacres par les autorités musulmanes de france. Pas de condamnations de ces massacres de la part de personnalités qui défilent dans les manifestations pro-palestiniennes telles que Mr Mélanchon ou Mr Besancenot pour ne citer qu’eux. Mais chuuut… Etre réaliste en France c’est être Islamophobe…

Montagnes
Les musulmans silencieux sont en train…
De préparer les bases de leur rejet partout dans le monde. Ils sont en train de montrer le vrai visage de leur religion.
Ils n’imaginent pas une seconde ce que pourrait être leur avenir bientôt… Si en occident ils rassemblent contre eux : la Russie, la Chine, les USA et l’Europe
Ils vont tomber de haut si l’occident écœuré de leurs agissements cruels décide un matin de leur renvoi (tous ceux qui ne respectent pas la démocratie, les Lois de la république et la laïcité) sur des terres islamiques…
Ça suffit de nous imposer leurs coutumes et traditions inhumaines !
Ils ont 57 pays musulmans ou s’applique la charia pour aller y vivre leur foi comme ils le souhaitent, avec les règles moyen âgeuses de leur religion d’amour de tolérance et de paix…
Dans le monde entier on a ouvert les yeux. Le rejet ne va pas tarder ! Qu’ils s’en aillent tous s’ils ne se plaisent plus en occident.

Henricanan
Le comble !
Sans aucune vergogne, on a assisté hier à Paris à une nouvelle manifestation en faveur des djihadistes de Gaza. Les mêmes enturbannées et les mêmes barbus n’avaient que faire du génocide en cours au nord de l’Irak éxecuté par les frères siamois du Hamas, contre tout ce qui n’est pas musulman, .
Dans ce cas il s’agit de criminels contre l’humanité « Halal » et pour cause. Ils massacrent des non-musulmans désarmés.
Par contre quand leurs alters agos gazaouis, surarmés, attaquent des non-musulmans bien armés et décidés à leur faire le sort que ceux-ci leurs préparaient, il est urgent de voler au secours des barbares, de pleurer devant les caméras et d’inverser les rôles.
On vous l’avait bien dit : « l’immigration est une chance pour la France ».

YB
Inquiétant
Il est remarquable de constater que personne ne manifeste contre ses massacres ! Ce qui prouve que le radicalisme islamique est à nos portes.
L’Occident a du souci a se faire si elle n’agit pas !

FRINIE1
Toutes ces exactions commises ne sont pas condamnées
Par les musulmans et imams de France, d’Europe et d’ailleurs.
Pourquoi ne s’expriment-ils et ne manifestent-ils pas contre ces agissements ?
Les musulmans sont bien trop silencieux et ce silence coupable va les desservir.

ST LOUIS
Totofe
Vous avez raison sauf qu’il faut pas chasser mais les anéantir ce sont des fous et des assassins qui tue sans distinction, le problème ses qu’ils gagne du terrain au liban, en Syrie, en Irak, et a côté la Jordanie pays fragile, et je passe sur le continent africain avec boko haram, et la crise qui se déroule en libye, les djiadistes livrent une guerre et l’objectif et de frapper à terme l’occident il faut les anéantir.

Yéti déporté au Benêland
Un autre barbu de l’Amérique pas obéissant ?
Après le fameux Ben, un autre barbu financé, armé par les américains ne veut pas rester dans sa niche ? Bah… ça permet de jouer à Zorro… Aux yeux des benêts… Divide Et Impera. Les américains, ces grands purineurs des nations…

Titofe
Ce n’est pas uniquement en Irak qu’il faut chasser le djihadistes c’est dans le monde entier mais cela n’a pourra se faire que si les grandes puissances ne mettent d accord la Chine la Russie les USA les européens et avant tout les africains.

Odalie
Si seulement la communauté internationale pouvait intervenir dans tous les pays où les peuples sont opprimés, tués au nom d’une religion, par des extrémistes, peut-être la paix reviendrait-elle sur terre.
Mais ladite communauté internationale choisit « qui » elle doit aider et dans certains cas, elle laisse faire ces atrocités en faisant de grandes déclarations avec en préambule « c’est inacceptable », « il faut que cela cesse » ou bien « c’est intolérable », comme ce fût le cas à Gaza.
=============================================
Les forces kurdes passent à l’offensive pour reprendre le plus grand barrage d’Irak
LEXPRESS.fr

Les forces kurdes, soutenues par l’aviation américaine, ont lancé ce samedi une offensive pour reprendre aux djihadistes de l’Etat islamique le barrage de Mossoul.
le-barrage-de-mossoul_5014133
Le barrage de Mossoul dans le nord de l’Irak, le 9 août, 2014 AFP

Les djihadistes de l’Etat islamique (EI) s’en étaient emparé jeudi 7 août. Une grosse semaine plus tard, les forces kurdes ont repris le contrôle de la partie orientale du barrage de Mossoul à la faveur de leur première offensive d’envergure.

Soutenus par l’aviation américaine, les peshmergas ont lancé ce samedi une vaste opération pour reprendre le site aux djihadistes, dans le nord du pays, a déclaré e général Abdel Rahmane Korini. « Nous avons tué plusieurs membres de l’EI. Nous continuons à avancer et devrions annoncer de bonnes nouvelles dans les prochaines heures », a-t-il ajouté. Selon des témoins, les frappes aériennes contre les jihadistes ont commencé tôt ce samedi matin, et les combats se poursuivaient dans l’après-midi.

L’EI, qui s’est emparé de vastes pans du territoire irakien en deux mois d’offensive fulgurante, a lancé début août une série d’attaques dans le nord de l’Irak, s’emparant de nombreux villages et d’infrastructures stratégiques, dont ce barrage, ou des puits de pétrole. Cet édifice construit sur le fleuve Tigre, sur la rive sud du lac de Mossoul, à quelque 50 km au nord de la ville, fournit de l’eau et de l’électricité à la majeure partie de la région et est indispensable à l’irrigation de vastes zones de culture dans la province de Ninive.
Un barrage qui aurait pu être utilisé comme une arme

En 2007, l’ambassadeur américain Ryan Crocker et le commandant des forces américaines en Irak David Petraeus avaient mis en garde contre les conséquences d’une catastrophe au barrage, affirmant qu’il menaçait de s’effondrer et d’inonder « le long du fleuve Tigre jusqu’à Bagdad ». « Dans le pire scénario, une rupture instantanée du barrage de Mossoul, rempli à sa capacité maximale pourrait provoquer une vague de 20 mètres sur la ville de Mossoul, ce qui provoquerait des pertes humaines et des dommages considérables », avaient-ils écrit dans une lettre au Premier ministre irakien Nouri al-Maliki.

L’EI utilise les barrages qu’il contrôle comme des armes pouvant lui permettre d’inonder de vastes zones. Plus tôt cette année, les jihadistes ont ainsi inondé d’importants secteurs aux alentours de Fallouja, à l’ouest de Bagdad. Mais Mossoul est la place forte des insurgés en Irak et son barrage est important à l’économie de l’EI et à sa volonté de construction d’un Etat incarné par le « califat » proclamé fin juin.
===========
Commentaires

mirepeisset –
Le côté obscur de la force… Ou la folie meurtrière des intégristes rétrogrades. Pour le plus grand bénéfice des marchands d’armes.

Publicités