Carrefour va racheter 800 magasins français Dia

HARD DISCOUNT – Confronté au plongeon de ses ventes en France, l’espagnol Dia avait annoncé en mai avoir lancé la vente de toutes ses activités dans le pays…

Le groupe de grande distribution Carrefour a annoncé vendredi avoir signé une promesse d’achat pour reprendre les plus de 800 magasins français de Dia, numéro trois mondial du hard-discount, sur la base d’une valeur d’entreprise de 600 millions d’euros.

Confronté au plongeon de ses ventes dans l’Hexagone, l’espagnol Dia avait annoncé en mai avoir lancé la vente de toutes ses activités dans le pays, où il emploie 7.500 employés.

Répondre aux besoins de ses clients

Plusieurs noms circulaient pour une potentielle reprise, notamment ceux des groupes Carrefour et Casino. Vendredi soir, Carrefour a annoncé avoir «signé une promesse d’achat dans le cadre d’un accord d’exclusivité avec Dia pour l’acquisition de la société Dia France, sur la base d’une valeur d’entreprise de 600 millions d’euros».

«Cette opération contribuerait à la croissance du réseau multiformat de Carrefour sur son marché domestique. Elle permettrait de répondre au mieux aux besoins de ses clients en offrant des services adaptés à l’évolution de leurs modes de consommation», résume Carrefour.

Volonté de Carrefour de relancer son expansion

Elle s’inscrit également dans la volonté de Carrefour, exprimée par son PDG en mars, de relancer son expansion, avec de nouvelles ouvertures notamment en France.

Le groupe précise que «la réalisation de la transaction est subordonnée à la signature d’accords finaux suite à la consultation des instances représentatives du personnel de Dia France et à l’approbation des autorités de la concurrence compétentes».

En 2013, les ventes de Dia ont plongé de près de 11 % en France, en raison d’une perte de vitesse générale du hard-discount, concurrencé sur les prix bas par les acteurs traditionnels de la distribution.

20 Minutes avec AFP
=======================
  • Nutella6556

    En effet, il y a 3 ans Carrefour avait vendu Dia à Dia pour 4 milliards, mais n’en avaient bénéficié « que 3 milliards », au vu de la dette des 800 millions de l’époque. Il y avait bien 10 000 salariés en France….

    Allez 3 milliards de bénéfice avec la vente en 2011 pour le racheter à 600 millions en 2014, Carrefour, « les prix bas, la confiance en plus… »

  • lulu7567

    Voila la boucle est bouclée…

    Carrefour s’inscrit en sauveur des magasins Dia et de leurs salariés !.

    mais c’est eux même qui ayant besoin de liquidités pour leurs actionnaires il y a trois ans qui ont vendu les magasins Dia au groupe du même nom… (rappelons que Dia était la branche hard discount qui appartenait au groupe Promodès qui a été acheté par Carrefour)

    Combien Carrefour avait vendu Dia il y a trois ans ? je sais pas vraiment si vous avez une réponse merci de partager…

    De plus.. lorsque Carrefour a vendu à Dia à Dia…(oui je sais c’est bizarre) il y avait en France pas loin de 10 000 salariés sur les quelques 800 magasins implantés en France…
    Aujourd’hui on parle de reprendre 7 500 salariés… ( tiens tiens mais ou sont donc passés les 2500 ?) on va vous dire .. oui les magasins franchisés ou en location Gérance ont repris la totalité des salariés sans vous dire qu’ils ont été bel et bien licenciés depuis longtemps mais non sur le compte du grand sauveur d’aujourd’hui qui se nomme « Carrefour ».. en échanges de quelques bonnes ristournes faites sur les achats de ces mêmes locataires gérants et franchisés… les indemnités de licenciement conventionnels ont été couvertes.. (ex : un salarié licencié conventionnel coûte X € au locataire gérant.. il aura donc une ristourne de X € sur son compte commercial sur les achats).. demandez donc aux syndicats maison ;-)))

    en 2009/2010 il y avait 10 000 salariés chez Dia groupe carrefour
    en 2014 si l’on en croit le nombre de salariés cité dans la presse il y a 7 500 salariés
    donc entre le moment ou Carrefour a vendu les magasins Dia à son groupe Dia et sa reprise aujourd’hui il y a un écart de 2500 salariés…

    si l’on considère qu’au SMIC un salarié coûte au minimum à une entreprise 1633 € toutes charges sociales et patronales comprises par mois on va faire un calcul simple (sur la base d’un SMIC sans primes, 13ième mois ou autres avantages)

    1633 € x 12 = 19 596 € ( 1 salarié au smic coute 19 596]

    19596 € x 2500 = 48 990 000 ( ce montant ne comprend pas les vrais salaires puisque j’ai pris le smic en exemple)

    et on dit que Dia a perdu 18 000 000 € sur leurs résultats mais combien ils ont gagné ? et carrefour avec cette démarche combien ont-ils gagné ?

    that’s the question… 2500 salariés disparus sans que personne ne s’en étonne… c’est pas du licenciement massif ça ? (déguisé)

    Sur ce.. j’aimerais lire d’autres commentaires..

    =================================================================================

    DISTRIBUTION – Coop d’Alsace exploite actuellement 144 magasins…

    Carrefour a engagé des négociations exclusives avec Coop d’Alsace visant à racheter l’ensemble des magasins de proximité de la société alsacienne, selon un communiqué commun diffusé lundi.

    «Le conseil d’administration de Coop d’Alsace, qui s’est tenu le 26 octobre, a décidé d’ouvrir des négociations exclusives avec le groupe Carrefour dans le cadre d’un projet de cession de son réseau de magasins de proximité», ont fait savoir les deux sociétés.

    Coop d’Alsace a frôlé le dépôt de bilan

    Selon un représentant de Carrefour, contacté par l’AFP, les négociations porteraient sur «l’ensemble des magasins de Coop d’Alsace». Coop d’Alsace exploite actuellement 144 magasins, selon son site internet. Elle dispose également d’un réseau de quatre cafétérias.

    Confrontée à des difficultés depuis plusieurs années, notamment en raison de la concurrence des autres réseaux français et allemands, du fait de la proximité avec la frontière, Coop d’Alsace a frôlé le dépôt de bilan et engagé depuis 2011 un vaste plan de restructuration.

    Maintenir l’enseigne Coop d’Alsace

    Le groupe Carrefour a fait savoir qu’il «souhait(ait) maintenir l’enseigne Coop d’Alsace» et «conserver le caractère alsacien spécifique de l’offre produits». Il a indiqué également vouloir «offrir des conditions de viabilité économique pérennes pour les magasins repris ainsi que pour leurs salariés».

    «Fort du plan de relance déjà engagé, le projet de Carrefour répond aux objectifs que s’était fixé le conseil d’administration de Coop Alsace à savoir: la sauvegarde d’un maximum d’emplois, le maintien de l’essentiel des points de vente et d’un projet régional et économique pour l’Alsace», a ajouté le communiqué.

    Casino aussi s’active

    Lundi matin, le groupe Casino, l’un des principaux concurrents de Carrefour, a annoncé avoir conclu un accord «stratégique» avec le groupe Les Coopérateurs de Normandie-Picardie, qui va lui permettre d’acquérir 47 magasins dans le sud-ouest de la France sous enseigne «Le Mutant» et d’en faire passer 90 autres sous enseigne Leader Price.

    Casino était depuis 2012 l’un des partenaires de Coop d’Alsace pour l’approvisionnement d’un certain nombre de produits.

    ===============================================================================

    Carrefour condamné pour avoir fait patienter ses clients à la caisse

    DISTRIBUTION – Le groupe avait promis que le temps d’attente n’excéderait pas dix minutes…

    Le groupe de distribution Carrefour a été condamné mardi à 10.000 euros d’amende pour ne pas avoir respecté la promesse affichée auprès de ses clients de ne pas les faire attendre plus de dix minutes en caisse, a-t-on appris mercredi auprès du tribunal d’Evry.

    Le distributeur a lancé depuis plusieurs années une campagne axée autour des délais d’attente en caisse – l’un des principaux motifs de mécontentement vis-à-vis des grandes surfaces – s’engageant sur une garantie de moins de dix minutes d’attente.

    Mais un client mécontent de Châlons-en-Champagne, ayant dû patienter plus de 20 minutes avant de pouvoir régler ses courses, a déposé plainte contre le distributeur fin août, indique Le Parisien qui révèle l’information

    D’autres témoignages

    La Direction départementale de la protection des populations (DDPP) de Champagne-Ardennes s’est alors emparée de cette affaire, suite à plusieurs autres témoignages d’autres consommateurs se plaignant des mêmes motifs, et a engagé une procédure auprès du tribunal correctionnel d’Evry (Essonne).

    Le tribunal a estimé mardi que Carrefour, en ne respectant pas sa promesse, s’était rendu coupable de «pratiques commerciales trompeuses» et l’a donc condamné à une amende de 10.000 euros.

    Contacté par l’AFP, personne chez Carrefour n’était disponible mercredi matin pour commenter ces informations.

    Selon le Parisien, le groupe envisagerait de faire appel de cette décision.

    Avec AFP
    =======================

    • Tiny674

      MDR !!! Ils sont cons chez Carrefour, ils se sont tiré eux mêmes une balle dans le pied !!! Tout le monde sait très bien que l’attente est interminable aux heures d’affluence et que c’est impossible de faire passer tous les clients en 10mn tellement il y en a !!! Il a raison le client qui a porté plainte !

    • carine1975

      n’importe quoi…… la justice n’a pas mieux à faire ????

    • barathym

      Il ne faut pas tout melanger.Les caissieres ne sont pas en faute.Par contre si carrefour s’engage a faire un avantage aux clients il est normal qu’il soit sanctionné.Les 10000 euros d’amende ont certainement étés calculés dans leur marge de benefice.

    • Mammouth85

      Vous avez raison, comme ça les voyous et voleurs qui dirigent ces structures seront enfin contrôlé!

    • summer69

      On peut toujours critiquer les grandes surfaces comme Carrefour….mais qui serait prêt à boycotter ces enseignes et à faire ses courses dans le petit magasin du coin ?? Personne ou presque

      Que la justice se concentre à condamner des voyous, des agresseurs ou des voleurs plutôt que perdre son temps avec une histoire à la noix comme celle là

      • KGRP

        « mais qui serait prêt à boycotter ces enseignes et à faire ses courses dans le petit magasin du coin ?? »

        Les bobos… Ce sont les seuls qui font fonctionner les petits commerces de quartier.

        « Que la justice se concentre à condamner des voyous, des agresseurs ou des voleurs plutôt que perdre son temps avec une histoire à la noix comme celle là »

        C’est quoi pour vous un voyous ? Pour moi, c’est quelqu’un qui ne respecte pas les règles. Carrefour n’a pas respecté les règles du commerce, Carrefour a été condamné, la justice a fait son travail en condamnant un voyou. Je ne vous pas où vous voyez un problème…

        ===========================================================================

        Carrefour: Des résultats en hausse, notamment tirés par la France

        DISTRIBUTION – Carrefour en France enregistre sa «meilleure croissance organique depuis 2007»…
        Carrefour confirme sa bonne santé. Le groupe français de grande distribution a publié mercredi des résultats 2013 en progression, tirés notamment par les bonnes performances en Amérique latine et le redressement de la France, qui compensent en partie le repli de l’Europe, toujours affectée par la crise.
        Sur l’année écoulée, le bénéfice net publié a progressé de 2,4% (+0,3% hors éléments exceptionnels), à 1,26 milliard d’euros. Le groupe a notamment bénéficié en 2013 des plus-values liées à la renégociation de son partenariat de franchise en Turquie et de la baisse de certaines charges.
        «Les clients font leur retour»
        Le résultat opérationnel courant (ROC) a progressé de 5,3%, à 2,23 milliards, porté notamment par la poursuite de la croissance en Amérique latine et l’amélioration de la situation en France, principal marché du groupe. Ce chiffre est supérieur aux attentes des analystes, qui tablaient sur un ROC à 2,19 milliards. Le groupe s’était déclaré depuis plusieurs mois «confortable» avec cette prévision.
        Le PDG Georges Plassat confiant a d’ailleurs affirmé: «L’image prix s’est améliorée, les clients font leur retour, le remodeling des magasins se poursuit.» Il entend continuer le travail en France et mener une réflexion sur le commerce en ligne. «Les premiers effets se feront sentir en septembre».
        Le chiffre d’affaires du groupe, déjà publié, a atteint 84,3 milliards d’euros, en baisse de 2,6% sous l’effet de la réduction du périmètre d’activité du groupe, mais en progression de 2,5% en organique (c’est-à-dire hors cessions, change, essence et effet calendaire).

        Sa meilleure année depuis 2007

        L’année 2013 a notamment été marquée par la nette amélioration de la situation de Carrefour en France, qui y enregistre sa «meilleure croissance organique depuis 2007», selon Sivignon. «Les plans d’actions» engagés notamment en matière de baisse des prix «produisent leurs effets dans tous les formats», qui voient leur activité s’améliorer, y compris les hypermarché (+0,7%), longtemps en recul.
        Le chiffre d’affaires dans l’Hexagone a ainsi progressé de 0,2% (+1,3% en organique), à 39,72 milliards d’euros, et le résultat opérationnel a bondi de 29,9%, à 1,19 milliard. La marge commerciale, qui a bénéficié «d’un meilleur équilibre entre prix fond de rayon, promotions et fidélité», est ressortie à 3,4% contre 2,6% en 2012.
        Carrefour a enfin annoncé avoir «consolidé sa structure financière», avec une dette en baisse de 203 millions d’euros, à 4,1 milliards au 31 décembre 2013, et une amélioration de 10% de son ratio d’endettement.
        Il a aussi investi 2,2 milliards, soit 44 % de plus qu’en 2012. Un dividende de 0,62 euro par action, payable en numéraire ou en actions, sera proposé lors de l’assemblée générale le 15 avril au titre de 2013, contre 0,58 euro pour 2012.

        =================

        Carrefour devance Auchan au rang des marques de distribution françaises les plus valorisées

        MARQUES – Les grandes surfaces sont rejointes par Sephora sur le podium français cette année…

        Dix marques françaises continuent de truster les cinquante premières places des marques-enseignes les plus valorisées en Europe, selon le classement Best Retail Brands 2014 d’Interbrand.

        >> C’est quoi une marque bien valorisée, notre éclairage par ici

        «La capacité des marques à dépasser leur modèle économique, à embrasser l’innovation par le digital pour rapprocher le online et le offline et ainsi anticiper et répondre aux besoins et désirs des clients», sont les critères expliquant l’évolution de la valeur des marques, analyse Bertrand Chovet directeur général d’Interbrand à Paris.

        Sephora s’incruste entre les grandes surfaces

        Au pied du podium des marques de distribution européennes, derrière H & M, Ikea et Zara, Carrefour conserve sa quatrième place. La grande surface bénéficie des succès du travail et se concentre sur de nouveaux modèles d’hypermarchés plus petits et proposant plus de services, précise l’étude. Derrière, Auchan, 7e au classement général, est en progression de 7% de sa valeur au sens d’Interbrand. Sephora, 10e, réalise la plus belle progression de l’année parmi les marques hexagonales, avec 20 points de hausse. Elle dépasse en 2013 Leroy Merlin, 11e, pourtant en hausse de 2%.

        L’Occitane est 15e (+5%) se place devant Conforama et Decathlon, 22e et 23e. Darty, 30e en fort recul de 8 %, devance la Fnac qui, pour sa première année en Bourse, est en hausse de 1 %, à la 35e place. L’enseigne résiste bien à la concurrence sur le e-commerce, explique l’étude. Casino, l’autre leader de la grande distribution, est 37e, en recul de 2%.

        =======================================================================================

        Caddie, au bord du dépôt de bilan, ouvert à de nouveaux actionnaires

        Strasbourg – Le fabricant de chariots de supermarchés Caddie, qui s’apprête à déposer son bilan, espère ainsi gagner «un peu de temps» pour rechercher de nouveaux actionnaires, a déclaré le directeur général de la maison mère Altia aux Dernières Nouvelles d’Alsace de samedi.

        «Nous sommes prêts» à faire entrer de nouveaux actionnaires dans le capital de Caddie, a déclaré dans cet entretien Michel Rességuier, arrivé le 4 juin aux commandes d’Altia Industry.

        Le dépôt d’une demande de placement en redressement judiciaire, qui pourrait intervenir dès lundi selon les syndicats, est une «mesure de sauvetage» destinée à «donner une bouffée d’oxygène à l’entreprise» pour sauver ce qui peut encore l’être, a ajouté M. Rességuier.

        Malgré une injection de quelque 2,5 millions d’euros par la banque publique d’investissement Bpifrance dans Altia pour soutenir Caddie, le fabricant de chariots est en effet toujours confronté à de graves problèmes de trésorerie.

        Il faudrait «un gros multiple de cinq» de cette somme pour que Caddie puisse faire face à ses échéances, a estimé M. Rességuier, tout en saluant le soutien «extrêmement important» de Bpifrance pour gagner du temps et trouver des solutions.

        Cependant, «il est faux de dire que le sauvetage passera par l’injection d’argent», a-t-il prévenu. Autrement dit, Caddie, qui emploie 400 salariés à Drusenheim (Bas-Rhin) devra passer par une restructuration.

        Caddie «consomme de l’argent mais n’en gagne pas», selon M. Rességuier. L’entreprise a remporté beaucoup de marchés ces derniers mois, mais «en vendant à perte» et en accumulant les dettes, a-t-il affirmé.

        Selon des documents obtenus vendredi par l’AFP, l’entreprise accumule depuis fin février des dettes auprès de l’Urssaf, des caisses de retraites et du trésor public pour charges sociales impayées, de l’ordre de 1,439 million d’euros.

        D’autres créanciers privés, fournisseurs et transporteurs, ont également commencé à se signaler auprès de la justice. En raison de ses nombreux impayés, Caddie a été convoqué au tribunal de grande instance de Strasbourg le 30 juin.

        Les salariés de Caddie plaideront leur cause lundi à Paris, où une délégation sera reçue au ministère du Redressement productif d’Arnaud Montebourg, avant une réunion du comité de groupe mardi à Lyon.

        Caddie avait déjà été placé en redressement judiciaire début 2012, puis racheté en juin de la même année par le groupe français Altia Industry (détenu à 20% par l’Etat via Bpifrance), qui avait supprimé 124 emplois.

        Altia Industry, qui compte 48 entreprises pour près de 3.000 salariés dans le monde est lui-même en difficulté, reconnaît le directeur général: «Il y a des dettes partout».

        «Ma responsabilité en tant que chef d’entreprise est de pérenniser les activités» des différentes entités du groupe. «Celle de Caddie sera sauvée si nous parvenons à donner à un actionnaire, actuel ou futur, une visibilité et des éléments crédibles, fiables et honnêtes sur ce qui est rentable et ce qui ne l’est pas», a-t-il ajouté, estimant que ce travail devrait prendre environ trois mois.

        © 2014 AFP

     

Publicités