AUDITIONS DE LA PEUR – Trois parlementaires UMP vont être entendus dans le cadre de l’enquête sur les folles factures de l’UMP.

Le contexte. Jean-François Copé est pressé de toutes parts. Alors que, pour les élections européennes, l’UMP fait la course en tête avec le FN dans les sondages, les affaires continuent de lui gâcher la vie. Mise en examen d’Isabelle Balkany, probable placement en garde à vue de Claude Guéant dans l’affaire Tapie, soupçons de détournements de fonds de sénateurs UMP et, surtout, l’affaire Bygmalion. Lundi, trois députés UMP seront d’ailleurs entendus par la justice au pôle financier de Nanterre dans le cadre d’une enquête préliminaire sur ces factures faramineuses.

Selon des révélations de Libération, l’UMP aurait réglé, pendant la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012, près de 20 millions d’euros à une filiale de Bygmalion, société détenue par des proches de Jean-François Copé. Le journal assure que certains de ces événements, très généreusement rétribués, semblent fictifs. Ce que semble confirmer les dires de certains élus. Et notamment des trois députés entendus lundi.

Affaire Bygmalion : ces députés qui font trembler l'UMP

Le premier « conteste formellement ». Parmi ces raouts très couteux, Libération révèle notamment la tenue d’une convention qu’aurait animée le député UMP Pierre Lellouche sur « l’accès au crédit », organisée le 30 mai 2012, facturée 299.000 euros par une filiale de Bygmalion. Problème : le député UMP assure n’y avoir jamais participé. « Je conteste formellement avoir été associé et encore moins avoir été la cause d’une facture » de cette conférence « où figure cependant mon nom », a déclaré l’ancien secrétaire d’Etat chargé des Affaires européennes. « J’ai, ce matin, saisi mon avocat, Me Olivier Schnerb, pour le charger de toutes démarches nécessaires afin de défendre mon nom et de sanctionner l’usage qui en est fait », a ajouté l’élu parisien, qui sera auditionné lundi, à 11 heures. Et qui pourrait porter plainte dans la foulée.

Affaire Bygmalion : ces députés qui font trembler l'UMP

Le second a la mémoire qui flanche… Arnaud Robinet va lui aussi être interrogé car son nom est associé à une réunion datée du 21 mars 2012, sur le thème : « réforme des retraites et sauvegarde du régime par répartition ». Montant de la douloureuse : près de 300.000 euros. Sauf que, là encore, le député-maire de Reims ne se souvient pas avoir participé à cette conférence. Contrairement à son collègue Pierre Lellouche, lui n’a pas souhaité s’exprimer pour le moment. Mais il a promis de faire une déclaration publique « après son entrevue avec les magistrats ». Jean-François Copé est sans doute impatient…

Affaire Bygmalion : ces députés qui font trembler l'UMP

Le troisième est en colère. Dominique Dord sera le troisième parlementaire entendu par la justice. Et ce n’est pas forcément ce qui va aider Jean-François Copé à dormir sur ses deux oreilles. Le député de la Savoie a été le trésorier de l’UMP de 2010 à 2012. Mais en novembre, alors que la guerre bat son plein entre François Fillon et Jean-François Copé pour la présidence de l’UMP, il démissionne avec fracas de son poste, dénonçant « l’utilisation abusive » des moyens du parti par le camp copéiste. Quand François Fillon menace son rival de scission et crée à l’Assemblée nationale le Rassemblement UMP pour faire pression, Dominique Dord est de la partie.

Autant dire que ce filloniste, ancien de l’UDF, ne porte pas le patron de l’UMP dans son cœur. Pour preuve cet échange entre lui et Nicolas Sarkozy, narré par l’Express en février 2012 : « tu es sûr que tu ne laisses pas les copains de Jean-François [Copé] se gaver ? », demande-t-il au président-candidat. Réponse de ce dernier : « non ! Les surfacturations ? C’est improuvable ! »

 

gegen86 – Le 24/05/2014 à 07h40

 Ne vous inquiétez pas sympathisants, connaissez vous un politicard que la justice aurait condamnée comme vous et moi?? Regardez Juppe, Fabius , grosse peine?? Honte à la justice qui doit posséder plusieurs code pénale!!
jeco02 – Le 24/05/2014 à 06h28

 Pour en finir avec ces magouilleurs professionnels qui se foutent de la France et offrent le pouvoir sur un plateau au FN, après l’avoir donné aux incapables du PS!
ursule34 – Le 24/05/2014 à 00h55

C’est curieux comme à l’approche d’une élection , le parti au pouvoir ( quel qu’il soit )fait ressortir des « affaires » sur le dos du concurrent !! un peu facile pour la gauche servie par des médias serviles ( voir fangeux) et la magistrature USM à la botte de l’actuelle place Vendôme !!

Francois13 – Le 24/05/2014 à 06h57

La concomitance est peut être voulue, mais vous etes plus choquée par une hypothétique manœuvres électorales que par les malversations commises .

==========================================================================

LA GUERRE EST (RE) DECLAREE – Ce sujet doit être abordé lors du bureau politique, mardi, selon l’ancien Premier ministre.

La question doit être posée. Le bureau politique de l’UMP devra répondre mardi à la question de savoir si Jean-François Copé a toujours sa place à la tête du principal parti d’opposition après les révélations sur l’affaire Bygmalion, a estimé jeudi François Fillon. Le député-maire de Meaux, de moins en moins soutenu au sein de l’UMP, est sous pression depuis les révélations de presse sur des soupçons de surfacturation en 2012 au profit de la société de communication Bygmalion, fondée par deux de ses proches, pour des événements de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy.

« Une affaire grave ». « C’est une affaire qui est grave, qui porte sur des sommes qui sont considérables, qui correspond à des inquiétudes et à des craintes que j’avais formulées à plusieurs reprises », a déclaré François Fillon sur i>télé. « Je ne fais de procès à personne, je dis simplement que j’ai réclamé depuis longtemps un dispositif de gestion collective qui a toujours été refusé, et je pense que c’est évidemment aujourd’hui un facteur aggravant », a-t-il poursuivi.

=============================================================================

L’INFO POLITIQUE – Le président de l’UMP n’a pas l’intention de rendre des comptes mais d’en demander.

Le contexte. L’étau se resserre autour de Jean-François Copé, empêtré dans l’affaire Bygmalion. Trois élus UMP sont convoqués lundi en tant que témoins dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Nanterre : les députés Pierre Lellouche, Arnaud Robinet et Dominique Dord, l’ancien trésorier de l’UMP, un proche de François Fillon, qui avait démissionné avec fracas de la direction du parti en novembre 2012, en pleine guerre interne à l’UMP.

La victime, c’est lui. Mis en cause sur un supposé favoritisme au détriment de son parti, Jean-François Copé prépare sa contre-offensive. Le patron de l’UMP pourrait prendre la parole dès lundi si le score de son parti aux élections européennes est décevant. Et ceux à l’UMP qui lui demandent des explications vont être déçus. Car Jean-François Copé ne veut plus être celui qui rend des comptes mais celui qui en demande. « Il va se poser d’une certaine manière, en victime », assure l’éditorialiste politique d’Europe 1 Caroline Roux. Victime de la société Bygmalion qui aurait pu trahir sa confiance en facturant des fausses réunions publiques. D’autant plus qu’il n’a pas accès au détail des montants dépensés.

Il refuse de porter le chapeau. Pas question pour Jean-François Copé de plonger seul si cela doit mal se terminer. Le député-maire de Meaux tente de déplacer les projecteurs sur d’autres acteurs. Le directeur général de l’UMP Eric Césari, un homme de confiance de Nicolas Sarkozy, à qui il a commandé un rapport concernant des surfacturations d’événements organisés pendant la campagne présidentielle de 2012. Une manière de viser implicitement l’ancien président ? En interne, le message n’a échappé à personne », relate Caroline Roux. L’hypothèse que les 12 millions des conventions aient finalement servi à financer les dépassements de la campagne de Nicolas Sarkozy est dans toutes les têtes. Et Jean-François Copé refuse de porter le chapeau pour tout le monde. « Il ne sera pas cette fois-ci le paratonnerre de toute la droite », prévient l’un de ses fidèles.

gcp2rep – Le 22/05/2014 à 14h23

 l’ump est copé en deux, c’est terminé, place au fn…
tiguiditlecheyenne – Le 22/05/2014 à 12h04

 gobez les ZOZO c’est du vaudeville réchauffé ! l’ UMP et le PS font leurs bataille Air-soft a la boule puante juste pour endormir les électeurs ils jouent une parodie sur l’ impartialité dans une assemblée solidaire pleine d’arrivistes irresponsables
LOUICH64 – Le 21/05/2014 à 18h57

 L’U M P…est trés malade.
gcp2rep – Le 21/05/2014 à 14h41

  » Copé refuse de porter le chapeau  » normal, il n’y en a plus a sa taille…
arwenn – Le 21/05/2014 à 12h06

 ça promet !
paulopaulo – Le 21/05/2014 à 11h53

 La meilleure défense, c’est l’attaque.
eagleonejr – Le 21/05/2014 à 11h31

 militants ump n’oubliez pas voter dimanche pour ceux qui vous arnaquent depuis 20 ans ;MDR
JEANCULA – Le 21/05/2014 à 11h18

 contre les coups de soleil il faut porter le chapeau

JEANCULA – Le 21/05/2014 à 11h05

Pauvre Monsieur COPE !!! Innocent martyr de l’UMP union des mauvais perdants !Les oranges et la brosse métallique pour les rideaux c’est pour bientôt !!

Publicités