Medef : Gattaz est (presque) seul en lice

Videos

© MaxPPP

POLEMIQUE – La patron du Medef souhaite diminuer le Smic mais augmente son salaire. Une décision « contraire aux principes de la République », pour François Hollande.

Le président de la République François Hollande a appelé le président du Medef Pierre Gattaz à la « responsabilité » mardi. Le Canard enchaîné révèle que celui-ci a augmenté sa rémunération dans son entreprise, alors qu’il plaide pour un abaissement du niveau du Smic. Selon le journal satirique, Pierre Gattaz, qui dirige l’entreprise de composants électroniques Radiall, s’est octroyé l’an dernier une augmentation de 29%, « bonus compris ». Europe1.fr revient sur cette polémique.

Acte 1 : Gattaz et le Smic. Le patron du Medef a créé la polémique lors de sa conférence de presse annuelle en avril : « Le niveau du Smic est une marche d’escalier importante à franchir », a lancé Pierre Gattaz. Selon le patron des patrons ce salaire minimum est un frein à l’embauche pour « les personnes très éloignées de l’emploi et pour les jeunes ». La solution serait donc de créer un « Smic intermédiaire, qui permettrait sur une période déterminée, transitoire et temporaire de pouvoir franchir cette marche d’escalier », détaille le patron.

Acte 2 : Gattaz et Hollande. « Il y a un moment où chacun doit être responsable: on ne peut pas demander la baisse du Smic, voire sa suppression, et en même temps considérer qu’il n’y a pas de salaire maximum », a déclaré François Hollande sur BFMTV-RMC. Pour le chef de l’Etat, c’est « un principe contraire aux principes de la République ».

 

Acte 3 : Gattaz répond à ses détracteurs. Le président du Medef n’a pas apprécié ces attaques à son encontre et a réagi sur son blog. « Ce qui est bien, dans notre pays, c’est qu’on n’est jamais déçu », ironise Pierre Gattaz. L’industriel détaille mardi après-midi pourquoi les affirmations du Canard Enchaîné et de François Hollande sont, à ses yeux, injustifiées. Il précise que le groupe qu’il dirige se porte bien financièrement, qu’il embauche et distribue à ses collaborateurs de larges primes d’intéressement, que lui ne touche pas. Il ajoute que son « salaire a été augmenté de +3% au 1er janvier 2013 et a atteint donc 318.000 euros », par an. Auquel s’ajoute un bonus de 102.000 euros, contre 14.000 en 2012. « Soit une rémunération de 420.000 euros » par an, contre environ 322 l’année précédente, selon les chiffres donnés par le patron du Medef.

Le salaire de Pierre Gattaz a donc bien augmenté de 30%, mais l’industriel prend soin de préciser que sa rémunération reste inférieure à 450.000 euros, le maximum fixé par l’Etat pour les patrons d’entreprises publiques.

=============================================================================

C’est qui le chef? Non mais!

Dicentim – Le 07/05/2014 à 12h49

Appliquons des contrats anglais « zéro heure » aux dirigeants qui abusent. Même quand un dirigeant fait des erreurs, il n’y a jamais de sanctions et on ne le voit jamais à Pôle Emploi. Au pire, il quitte l’entreprise et rebondit ailleurs grâce à son « réseau ».

choupette3 – Le 07/05/2014 à 11h21

Le smic pour ce monsieur est indécent et beaucoup trop élevé il devrait être au même niveau que celui des roumains ou polonais. Si vous ne pouvez manger du pain mangez des brioches faites comme moi le bon peuple, si vous avez faim je vous dirais comment y remédier et vous passez de tout. Je crois que la révolution a eu lieu pour bien moins que cela et les citoyens étaient solidaires en ce temps

Francois13 – Le 07/05/2014 à 11h17

Le partage des richesses par le haut. IL aurait gagné plus avec l instauration du mini smic. Le Medef a un drôle de président

-bul- – Le 07/05/2014 à 11h11

faut le faire vivre avec un peu moins que le smic et pis c’est tout.

MacMurphy – Le 07/05/2014 à 11h08

Moscovici, s’il part à la commission européenne, touchera plus que Gattaz. Personne ne s’en émeut.

Krapno – Le 07/05/2014 à 11h06

Tant que la seule réponse à ce genre de comportement se limitera à des commentaires, des mots, du vent, je ne vois pas pourquoi il se priverait…

poilagrater – Le 07/05/2014 à 11h04

Pour un peu , il ferait peur …. en fait , il fait déjà peur aux salariés . ! ! !

coucou62 – Le 07/05/2014 à 10h44

Il doit bien exister en France des personnes ayant les compétences requises pour occuper son poste… mais à salaire moindre… ce qui laisse tout de même pas mal de marge… Comme cela l’entreprise baisserait ses charges, baisserait ses coûts de production, serait plus compétitive, et tirerait davantage de bénéfices et pourrait donc se développer davantage encore… N’est-ce pas monsieur GATTAZ !

ca_me_gonfle – Le 06/05/2014 à 21h45

ah ben oui et puis pour les autres le Smic au rabais!

Publicités