hydrolienne energie marine - ©EDF - ERANIAN PHILIPPEUne hydrolienne est un moyen de production d’électricité dont le fonctionnement s’apparente à celui d’une éolienne, à la différence près qu’elle fonctionne dans un milieu sous-marin : composée d’une turbine immergée, une hydrolienne permet d’exploiter l’énergie mécanique des courants marins pour produire de l’électricité. Avec une potentiel de 3,5 GW (le second d’Europe après la Grande-Bretagne) l’énergie hydrolienne française permettrait de disposer d’une nouvelle source énergétique non-émettrice de CO2 et respectueuse de l’environnement. C’est l’objectif que vise EDF en développant l’Arcouest, un prototype d’hydrolienne qui sera, à terme, immergée dans le parc pilote de Paimpol-Bréhat. C’est d’ailleurs vers ce site, situé dans les Côtes d’Armor, que l’Arcouest a été déplacée vendredi 6 décembre, après avoir passé une série de tests dans la rade de Brest.


 

Exploiter l’énergie des courants de marées

L’Arcouest développée par EDF est la première hydrolienne de taille industrielle mise à l’essai en France. Grâce à sa turbine marémotrice qui fonctionne de manière réversible (pour produire aussi bien lors de la marée montante que pendant la marée descendante), elle permettra de convertir le mouvement des courants de marée en électricité.

Cette turbine de plus de 900 tonnes, et de 16 mètres de diamètres, a été conçue et développé grâce à la technologie de la société irlandaise OpenHydro, filiale du groupe industriel français DCNS. Cette technologie permet de produire de l’énergie grâce à une turbine au rotor réversible et à une génératrice périphérique à aimants permanents (un procédé sûr et performant car il ne nécessite aucune source d’alimentation externe pour fonctionner). De plus, avec un centre ouvert qui permet le passage de la faune marine et une vitesse de rotation lente (7 tours par minute), l’hydrolienne Arcouest n’aura pas d’impact sur son environnement marin.

La naissance de la filière hydrolienne française

Initié dès 2004, le développement de cette hydrolienne prototype s’inscrit dans le cadre du démonstrateur de ferme hydrolienne qu’EDF souhaite mettre en place sur le site de Paimpol-Bréhat, à proximité de l’île de Bréhat. Un ambitieux programme pilote dont l’objectif principal est de tester en conditions réelles la production d’énergie à partir des courants de marée. Cette ferme hydrolienne sera constituée de quatre machines similaires au prototype Arcouest.

Impulsé par EDF, le projet du parc hydrolien de Paimpol-Bréhat affiche un budget de 40 millions d’euros. Il bénéficie du soutien de la Région Bretagne, de l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) et du Fonds Européen de développement régional (FEDER).

Des premiers essais…

Première hydrolienne assemblée utilisant des turbines marémotrices commerciales de grande envergure, l’Arcouest est testée pour la première fois en novembre 2011 : elle est posée sur le fond marin bordant l’île de Bréhat. Le câble de 16 kilomètres qui permettra d’acheminer l’électricité au réseau électrique français est posé au cours de l’été 2012.

En août 2013, les ingénieurs d’EDF décident de démonter le prototype à la suite d’une série de tests qui ont démontré la nécessité d’effectuer quelques ajustements techniques sur la partie électrique de l’alternateur. Elle est remise à l’eau samedi 30 novembre, dans la rade de Brest, afin de vérifier le bon fonctionnement du système rotatif après son remontage.

… à son raccordement au réseau

“L’opération de ce week-end s’est parfaitement déroulée (…), nous avons réalisé ce qui était planifié. Nous sommes dans l’attente de l’analyse des résultats. Pour le moment, on ne s’engage pas sur une date de départ de Brest. Nous avançons aujourd’hui pas à pas”, a déclaré au Télégramme Charles Plourdeau, chargé de la communication du projet.

Vendredi 6 décembre, l’Arcouest quitte Brest direction son site d’immersion de Paimpol-Bréhat, où elle devrait être immergée deux mois pour être soumise aux conditions réelles pour lesquelles elle a été conçue. “Nous avons un créneau de marée favorable pour la poser devant Paimpol-Bréhat entre le 9 et le 14 décembre. Mais encore faut-il que la météo soit bonne et c’est, pour le moment, trop tôt pour l’affirmer”, a déclaré à cet effet M. Plourdeau.

Quant à son raccordement au réseau, il est espéré fin 2014. “Nous visons la production du premier kilowatt à la fin 2014, date à laquelle la pose et le branchement du convertisseur sous-marin sont également programmés”.

Publicités