SOCIAL – Suppression définitive de l’écotaxe, réunification de la Bretagne historique, renforcement de l’identité régionale… Ces mesures sont réclamées par les Bonnets rouges sur la base de 15.000 doléances recueillies au cours des derniers mois…

«Nous demandons au président de la République, François Hollande, de venir en Bretagne, sans tarder, entendre les 11 revendications phares» du collectif Vivre, décider et travailler en Bretagne. Les Bonnets rouges ont de nouveau fait parler d’eux ce samedi en dévoilant leurs doléances pour l’avenir. Petit tour d’horizon des demandes faites au gouvernement.

Suppression de l’écotaxe

En tête de ses revendications, «indissociables les unes des autres», le mouvement exige la suppression de cette mesure afin que soit maintenue «la gratuité des routes» en Bretagne.

Allégement des charges et des contraintes administratives

Ces demandes s’inscrivent dans la droite ligne du chapitre «Libérer les énergies et soutenir l’emploi».

En finir avec le dumping social

Pour les Bonnets rouges, il faut «en finir avec le dumping social et les distorsions de concurrence en Europe». Parmi les doléances ayant abouti à cette revendication, il a été demandé de «forcer les décideurs européens à harmoniser les législations sociales au sein de l’Union européenne» et l’instauration d’un Smic européen.

Relocalisation des décisions et des pouvoirs économiques en Bretagne

Fort du soutien de milliers de personnes lors de manifestations en novembre à Quimper et Carhaix (Finistère) en faveur de l’emploi et de la régionalisation, les Bonnets rouges réclament cette mesure avec force.

Une Bretagne forte à 5 départements, incluant la Loire-Atlantique

Au titre des doléances, des voix se sont prononcées pour la création d’«un parlement breton avec pouvoir législatif», à l’image de ce qui se passe dans d’autres régions européennes.

Développer des infrastructures et des modes alternatifs de transport

Les Bonnets rouges soulignent aussi la nécessité d’«un rééquilibrage Ouest/Est».

L’appropriation par les Bretons de la filière énergie et le développement des énergies renouvelables

Dans les doléances qui ont abouti à cette demande, des voix se sont élevées en faveur de la valorisation de la biomasse et de la création de coopératives locales de production d’énergie.

Une relocalisation de la finance

Parmi les nombreuses doléances ayant abouti à cette revendication, celle réclamant une «banque régionale autonome ou un fonds d’investissement, mettant l’argent des Bretons au service de l’économie régionale».

Officialisation de la langue et de la culture bretonnes

Renforcement de l’expérimentation, du dialogue, de la transparence et du «Vivre ensemble» en Bretagne.

Des médias audiovisuels et numériques propres à la Bretagne

Cette revendication fait écho aux doléances réclamant «la mise en place d’un service public breton de radio et télévision sur les 5 départements» et au «développement des médias Internet bretons»

===============================================================

outes ces revendications sont probablement acceptables et/ou réalisables au niveau de la Bretagne, je n’en sais rien et je ne me prononcerai pas la dessus, mais sont elles acceptables par les autres pays européens ?

Est ce à la Bretagne de définir ce qui est ou doit être bon pour l’Europe ?

bon, les bretons vous etes bien gentils, vous vous etes fait entendre,c’est bien,vous avez raison sur certains points, mais n’en faites pas trop, vous ne revolutionnerez pas le pays, d’autant plus que vous en avez besoin.vous ne vivrez pas en autharcie,ne revez pas.

C’est bien certaines personnes commencent à comprendre qu’un smic européen empêcherait des ouvriers roumains ou polonais payés à coup de triques et exploites dans certaines entreprises allemandes !!! De plus il faut se battre contre l’eco taxe qui ne serait payée qu’une fois pour la concurrence étrangère contre cinq à six pour transformer un produit brut en produit élaboré pour une entreprise bretonne !

Publicités