La Manif pour tous a mobilisé 80.000 personnes

  • Retrait de la loi famille: « victoire » pour la Manif pour tous

L’INFO POLITIQUE – Le mouvement organise, le 8 mars, un « Grenelle de la famille ». Et entend mettre la pression sur l’UMP.

Forte de la mobilisation de dimanche et après le recul du gouvernement sur la loi famille, la Manif pour tous n’entend pas en rester là. Son objectif : continuer à batailler contre le gouvernement, tout en mettant la pression sur l’UMP. Explications.

Un « Grenelle de la famille ». Après avoir mobilisé au moins 100.000 personnes dans les rues de Paris et de Lyon dimanche, La Manif pour tous fera encore entendre sa voix, le 8 mars prochain, à la Mutualité à Paris. En cette journée de la femme, le mouvement conclura son « Grenelle de la famille » en rendant publiques ses propositions en la matière. Ce document, qui se veut la synthèse de consultations organisées dans toutes les régions depuis plusieurs mois, a vocation à devenir ni plus ni moins un texte « prêt à l’emploi » pour légiférer. Charge aux députés UMP de s’en emparer via une proposition de loi.

« La loi famille idéale de la Manif pour tous », résume le journaliste politique d’Europe 1 Antonin André :

 

L’heure de rendre des comptes. Pour que son « Grenelle de la famille » serve de base à une proposition de loi de l’UMP, la Manif pour tous compte sur 101 députés et 41 sénateurs, qui ont soutenu le mouvement depuis sa création. Des parlementaires UMP que l’on retrouve dans le groupe de l’Entente parlementaire pour la Famille et qui sont aujourd’hui mis à l’épreuve par la Manif pour tous. Les députés de la Drôme et de la Manche Hervé Mariton et Philippe Gosselin, en première ligne à l’Assemblée lors de l’examen de la loi Taubira, en sont les porte-étendard.

Un positionnement à trouver. Aujourd’hui, l’UMP peine à trouver le bon positionnement face à la Manif pour tous. En première ligne aux côtés du mouvement, au printemps dernier, l’UMP était aux abonnés absents, dimanche, lors des manifestations à Paris et à Lyon. Dans le cortège, il ne restait que le noyau dur, ces parlementaires qui plaident encore pour l’abrogation de la loi Taubira, en cas de retour de la droite au pouvoir en 2017.

"L'enjeu de la mer a été largement occulté"

A chacun son job. Même les parlementaires les plus proches du mouvement ne semblent pas toujours très à l’aise vis-à-vis de la Manif pour tous. Contacté par Europe 1, Hervé Mariton assure qu’il participera bien au Grenelle de la famille, le 8 mars prochain. Mais le député de la Drôme met aussi les points sur les i : quand on lui parle de la future « proposition de loi » du mouvement, Hervé Mariton précise bien que « l’agenda politique de l’UMP est indépendant de celui de la Manif pour tous ». En clair, pas question de donner l’impression que le mouvement est suffisamment puissant pour imposer « sa » loi.

Abroger ou réécrire ? Invité sur Europe 1 mercredi matin, l’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin a annoncé qu’il participerait au Grenelle de la famille organisée par la Manif pour tous, le 8 mars prochain. « J’ai beaucoup de sympathie pour ce mouvement », a indiqué l’ancien Premier ministre. Pour autant, Jean-Pierre Raffarin a bien précisé que l’UMP « n’abrogerait pas la loi Taubira », comme le demande la Manif pour tous mais que le texte serait « réécrit » en cas de retour de la droite au pouvoir en 2017. Une position majoritaire aujourd’hui au sein du principal parti d’opposition.

Une charte pour tester l’engagement. Pour tester l’engagement réel des élus UMP et voir jusqu’où ils sont prêts à aller, la Manif pour tous a son arme secrète : une charte de la famille que les candidats aux municipales sont invités à signer. Le deal proposé est simple : si le prétendant à la mairie signe, « la Manif » le soutiendra officiellement. Les noms des politiques estampillés Manif pour tous seront ensuite publiés sur le site Internet du mouvement. « Ce logo manif pour tous, l’électorat traditionnel de la droite risque d’y être sensible », analyse Antonin André. Pour les élections européennes, le mouvement laisse savamment planer le doute sur la présence de candidats étiquetés « Manif pour tous ». « Si nos revendications ne sont pas prises en compte, nous présenterons des listes », prévient Ludovine de la Rochère, la présidente du mouvement.

La Manif pour tous veut faire sa loi

La stratégie du ricochet. Qui, au final, est le plus embarrassé par la Manif pour tous ? François Hollande qui a renoncé à la loi famille ou l’UMP ? Contre toute attente, c’est bel et bien le parti d’opposition qui se retrouve embourbé dans ses hésitations face à la Manif pour tous.  » François Hollande l’a joué « fine tactiquement », analyse Antonin André. En remisant la loi famille, par ricochet, le président a déplacé la cible de la manif pour tous vers la droite. Qui, aujourd’hui, se retrouve prise au piège de ses contradictions.

Publicités