SOCIETE – Les députés ont adopté le texte en première lecture…

L’Assemblée nationale a largement adopté mardi en première lecture le projet de loi sur l’égalité femmes-hommes, y compris ses dispositions controversées confortant le droit à l’IVG. Le texte, qui comprend aussi des mesures pour inciter au partage du congé parental et accroître la parité, a recueilli 359 voix pour et seulement 24 contre. L’ensemble de la gauche s’est prononcé pour et les centristes de l’UDI, qui avaient la liberté de vote, ont aussi «largement» approuvé le texte. Une majorité du groupe UMP s’est abstenue mais quelques-uns ont voté pour.

Najat Vallaud-Belkacem, la ministre des Droits des femmes, a rappelé dans un communiqué les grandes mesures contenues dans cette loi. Le congé parental sera «mieux partagé»: le second parent pourra prendre six mois de congés parental après les six mois accordés au premier. Les entreprises ne respectant pas la loi sur l’égalité professionnelle pourront être interdites d’accès aux marchés publics et aux délégations de service public.

Pour les couples séparés, la loi prévoir que la Caisse d’allocations familiales se substitue dès le premier mois de pensions alimentaires impayées au parent défaillant, avec une prestation revalorisée à 120 euros contre 90 aujourd’hui. Enfin, la lutte contre les violences faites aux femmes sera renforcée avec la règle de l’éviction du conjoint violent du domicile, la généralisation du téléphone portable «grand danger» et une ordonnance de protection renforcée pour les femmes, même en l’absence de dépôt de plainte. Le droit à l’IVG sera également renforcé: remboursé intégralement, la notion de détresse sera supprimée des textes de loi et le tarif de l’acte sera revalorisé de 50% pour conforter sa prise en charge dans les hôpitaux.

Publicités