Ci-dessous, une lettre authentique envoyée par une dame de 86 ans à une/ banque .
Le directeur l’a trouvée suffisamment amusante pour la faire paraître dans le New York Times !


Monsieur,
 Je vous écrit pour vous remercier d’avoir refusé le chèque qui m’aurait permis de payer le plombier le mois dernier.
Selon
mes calculs, trois nanosecondes se sont écoulées entre la présentation
du chèque et l’arrivée sur mon compte des fonds nécessaires à son
paiement.

 
Je
fais référence, évidemment, au dépôt mensuel automatique de ma pension,
une procédure qui, je dois l’admettre, n’a cours que depuis huit ans.
Il
faut d’ailleurs vous féliciter d’avoir saisi cette fugace occasion et
débité mon compte des 30$ de frais pour le désagrément causé à votre
banque.
Ma gratitude est d’autant plus grande que cet incident m’a incité à revoir la gestion de mes finances.
J’ai
remarqué qu’alors que je réponds personnellement à vos appels
téléphoniques et vos lettres, je suis en retour confrontée à l’entité
impersonnelle, exigeante, programmée, qu’est devenue votre banque.
A partir d’aujourd’hui, je décide de ne négocier qu’avec une personne de chair et d’os.
Les
mensualités du prêt hypothécaire ne seront dorénavant plus automatiques
mais arriveront à votre banque par chèques adressés  personnellement et
confidentiellement à un(e) employé(e) de votre banque que je devrai
donc sélectionner.
Soyez averti que toute autre personne ouvrant un tel pli consiste en une infraction au règlement postal.
Vous trouverez ci-joint un formulaire de candidature que je demanderai à l’employé(e) désigné(e) de remplir.
Il
comporte huit pages, j’en suis désolée, mais pour que j’en sache autant
sur cet employé(e) que votre banque en sait sur moi, il n’y a pas
d’alternative. Veuillez noter que toutes les pages de son dossier
médical doivent être contresignées par un notaire, et que les détails
obligatoires sur sa situation financière (revenus, dettes, capitaux,
obligations) doivent s’accompagner des documents concernés.
Ensuite, à MA convenance, je fournirai à votre employé(e) un code PIN qu’il/elle devra révéler à chaque rendez- vous.
Il
est regrettable que ce code ne puisse comporter moins de 28 chiffres
mais, encore une fois, j’ai pris exemple sur le nombre de touches que
je dois presser pour avoir accès aux service téléphonique de votre
banque.
Comme on dit : l’imitation est une flatterie des plus sincère.
Laissez-moi développer cette procédure.
Lorsque vous me téléphonez, pressez les touches comme suit :
Immédiatement après avoir composé le numéro, veuillez presser l’étoile (*) pour sélectionner votre langue
Ensuite le 1 pour prendre rendez-vous avec moi
Le 2 pour toute question concernant un retard de paiement
Le 3 pour transférer l’appel au salon au cas où j’y serais.

Le 4 pour transférer l’appel à la chambre à coucher au cas où je dormirais
Le 5 pour transférer l’appel aux toilettes au cas où………….. .
Le 6 pour transférer l’appel à mon GSM si je ne suis pas à la maison
Le 7 pour laisser un message sur mon PC. Un mot de passe est nécessaire.
Ce mot de passe sera communiqué à une date ultérieure à la personne de contact autorisée mentionnée plus tôt.
Le 8 pour retourner au menu principal et écouter à nouveau les options de 1 à 7
Le 9 pour toute question ou plainte d’aspect général.
Le contact sera alors mis en attente, au bon soin de mon répondeur automatique.
Le 10, à nouveau pour sélectionner la langue.
Ceci peut augmenter l’attente mais une musique inspirante sera jouée durant ce laps de temps.
Malheureusement,
mais toujours suivant votre exemple, je devrai infliger le prélèvement
de frais pour couvrir l’installation du matériel utile à ce nouvel
arrangement.
Puis-je néanmoins vous souhaiter une heureuse, bien que très légèrement moins prospère, nouvelle année ?
Respectueusement,
Votre humble cliente.

(Souvenez-vous : ceci fut écrit par une dame âgée de 86 ans).
N’ADOREZ-VOUS PAS LE 3ème AGE ?
Ne contrariez pas les vieilles dames… respectueusement !!!